Invitation du MASF à sa réunion du 9 février 2019

Invitation du MASF à sa réunion du 9 février 2019

Nouvelle tentative du gouvernement de fusionner l'AFA et le GIPED

Nouvelle tentative du gouvernement de fusionner l'AFA et le GIPED

Le MASF a perdu une de ses fondatrices

Le MASF a perdu une de ses fondatrices

Les adopté.e.s se réapproprient la narration

Les adopté.e.s se réapproprient la narration

Un angle mort des politiques publiques de la jeunesse

Un angle mort des politiques publiques de la jeunesse

Pour une contribution du MASF aux débats du CCNE

Pour une contribution du MASF aux débats du CCNE

Encore moins, encore mieux !

Encore moins, encore mieux !

Appel à candidature pour le Pérou

Appel à candidature pour le Pérou

Appel à candidature pour Haïti

Appel à candidature pour Haïti

Invitation au CA du 25 novembre 2017

Invitation au CA du 25 novembre 2017

Les candidats à la présidentielle et l’adoption internationale

Les candidats à la présidentielle et l’adoption internationale

Elections présidentielles - lettre aux candidats

Elections présidentielles - lettre aux candidats

Hammurabi : aux origines de l'adoption

hammurabi

Le Code d'Hammurabi est l'une des plus anciennes lois écrites trouvées. Il fut réalisé sur l'initiative du roi de Babylone, Hammurabi, vers 1730 avant Jésus Christ.

Parmi les nombreux textes gravés sur la pierre figure les premières lois connues régissant l'adoption.



Des enfants venus de loin

Des enfants venus de loin


Yves Denéchère

Pour les adoptés, les adoptants et tous ceux qui s'intéressent à ce sujet, regarder en arrière est un bon moyen de mieux comprendre les enjeux d'aujourd'hui.



Regard anthropologique et historique sur l’adoption

Agnès Fine

Des sociétés lointaines aux formes contemporaines

Si la circulation des enfants est pratiquée dans les sociétés océaniennes ou africaines, l'adoption n'a guère connu de succès depuis le haut Moyen Âge en Europe de l'Ouest. Or, on assiste aujourd'hui à un retournement. Une nouvelle finalité de l'adoption est apparue vers le milieu du XXe siècle, orchestrée par l'État, et fondée sur l'idée de donner une famille à un enfant qui en est dépourvu, concrétisant ainsi un nouveau modèle : l'adoption plénière. Modèle de nouveau en pleine évolution.

Les anthropologues qui ont travaillé sur les sociétés océaniennes ou africaines ont été frappés par le contraste entre l'adoption qui y est pratiquée et celle que nous connaissons dans nos sociétés [1].

Loin d'être une réponse ponctuelle aux défaillances de la parenté, enfants orphelins ou abandonnés d'un côté, couples stériles de l'autre, comme c'est le cas dans les sociétés occidentales, les adoptions s'y pratiquent avec une grande ampleur entre parents de naissance vivants et parents adoptifs féconds. Les anthropologues ont parfois eu des difficultés à différencier les adoptions (au caractère définitif) des placements provisoires (système de fosterage). Qu'elle soit limitée dans le temps ou définitive, la circulation des enfants apparaît très fréquente dans un grand nombre de sociétés, et particulièrement en Afrique et en Océanie, où on rencontre des parents qui élèvent avec leurs propres enfants un enfant qui leur a été donné tandis qu'un des leurs vit dans une autre famille. Les enfants, un bien précieux s'il en est, font ainsi l'objet de dons qui créent ou renforcent les liens entre donneurs et destinataires, les deux étant généralement de même niveau social.

Actualités du MASF

Twitt @doption

by acls us