RDC : Chaîne humaine entre la MAI et le MAEE

RDC : Chaîne humaine entre la MAI et le MAEE

Les familles entendues sur le projet GIPED AFA

Les familles entendues sur le projet GIPED AFA

Accompagnement post-adoption

Accompagnement post-adoption

AFA-GIPED le regroupement est ajourné

AFA-GIPED le regroupement est ajourné

Une réforme de l’Agence Française de l’Adoption dangereuse et inadaptée

Une réforme de l’Agence Française de l’Adoption dangereuse et inadaptée

Rencontre avec Carmen Maria Véga

Rencontre avec Carmen Maria Véga

Réforme AFA-GIPED, revue de presse

Réforme AFA-GIPED, revue de presse

Le profil des enfants adoptés à l'international

Le profil des enfants adoptés à l'international

Réforme AFA-GIPED, première tentative rejetée

Réforme AFA-GIPED, première tentative rejetée

4ème fête des enfants adoptés en Haïti

4ème fête des enfants adoptés en Haïti

AFA-GIPED Lettre ouverte au président de la république

AFA-GIPED Lettre ouverte au président de la république

Échecs de l'adoption, réussite de la presse

Échecs de l'adoption, réussite de la presse

Suspension des nouvelles procédures d’adoption en Centrafrique

MINISTERE AFFAIRES ETRANGERES

 

Le Journal Officiel publie ce 17 janvier 2014 un arrêté du Ministère des Affaires Etrangères prononçant la suspension des adoptions en république Centrafricaine. Le caractère provisoire de cette mesure de suspension a été affirmé par le porte parole du Ministère des Affaires Etrangères (1).

Cette mesure ne s'applique pas aux dossiers enregistrés auprès de la Mission de l'Adoption Internationale (MAI) préalablement à la date de l'arrêté, c'est-à-dire avant le 10 janvier 2014.

Nous prenons donc acte de l'arrêté et approuvons le choix qui a été fait par les autorités de ne l'appliquer qu'aux nouvelles procédures.

Dans notre article (2) publié le 17 décembre 2013, le MASF déconseillait très vivement aux familles françaises d'initier une procédure d'adoption dans ce pays, que ce soit en démarche individuelle ou par un organisme autorisé pour l'adoption, le temps que la situation sur place soit apaisée et que les administrations locales soient en mesure de fonctionner normalement.

Centrafrique : aucune nouvelle procédure d’adoption ne doit être engagée

Centrafrique - Opération Sangaris

L'intervention française « Sangaris » commencée le 5 décembre fait suite à une dégradation, depuis plusieurs mois, de la situation en République Centrafricaine.

La crainte d'une catastrophe humanitaire, relayée par les ONG, a conduit à la décision de la France d'intervenir sous mandat de l'ONU. Dans ce contexte, le récent communiqué de la MAI (1) paraît insuffisant.

Le MASF déconseille très vivement aux familles françaises d'initier une procédure d'adoption dans ce pays, que ce soit en démarche individuelle ou par un organisme autorisé pour l'adoption, le temps que la situation sur place soit apaisée et que les administrations locales soient en mesure de fonctionner normalement.

Ainsi que nous l'avons maintes fois exprimé, nous réaffirmons que le mélange entre adoption et humanitaire n'est jamais une solution à envisager, notamment en ce qui concerne les vérifications essentielles de l'adoptabilité réelle des enfants. Il est malheureusement fréquent, dans les situations de conflit ou d'urgence humanitaire, de voir des tentatives d'adoption engagées au mépris des règles les plus élémentaires du droit international de l'enfant. Sur ce point, il est important de rappeler les principes édictés par l'article 21 de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (2).

Thématiques