invitation à participer à un projet de recherche

invitation à participer à un projet de recherche

UN ARRÊT RASSURANT DE LA COUR DE CASSATION

UN ARRÊT RASSURANT DE LA COUR DE CASSATION

Pupille

Pupille

Invitation du MASF à sa réunion du 9 février 2019

Invitation du MASF à sa réunion du 9 février 2019

Nouvelle tentative du gouvernement de fusionner l'AFA et le GIPED

Nouvelle tentative du gouvernement de fusionner l'AFA et le GIPED

Le MASF a perdu une de ses fondatrices

Le MASF a perdu une de ses fondatrices

Les adopté.e.s se réapproprient la narration

Les adopté.e.s se réapproprient la narration

Un angle mort des politiques publiques de la jeunesse

Un angle mort des politiques publiques de la jeunesse

Pour une contribution du MASF aux débats du CCNE

Pour une contribution du MASF aux débats du CCNE

Encore moins, encore mieux !

Encore moins, encore mieux !

Appel à candidature pour le Pérou

Appel à candidature pour le Pérou

Appel à candidature pour Haïti

Appel à candidature pour Haïti

Bientôt un « SAS » pour les enfants d’Haïti adoptés en France

Alexandra ECHKENAZI - Le Parisien - 15 février 2010

Et si l'adoption des orphelins d'Haïti en France allait trop vite ? A la demande de psychiatres, le gouvernement va installer un « sas » en Guadeloupe. Pour que parents et enfants s'apprivoisent en douceur.

D'ici à une quinzaine de jours, les enfants haïtiens en voie d'adoption en France feront une halte en Guadeloupe. Ce projet, initié par la secrétaire d'Etat à la Famille et à la Solidarité, Nadine Morano, et soutenu par un comité d'experts sur l'adoption internationale comme le pédopsychiatre Marcel Rufo vient d'obtenir l'aval du Premier ministre.

Le « sas » en Guadeloupe ? « Une fausse bonne idée, juge Sophie. Les laisser s'habituer à un endroit dont on devra encore les déraciner, c'est un traumatisme de plus. Il faut arrêter ces ruptures à répétition. »

Bientôt un « SAS » pour les enfants d’Haïti adoptés en France - 1ère partie

Bientôt un « SAS » pour les enfants d’Haïti adoptés en France - 2ème partie

 

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé