Les candidats à la présidentielle et l’adoption internationale

Les candidats à la présidentielle et l’adoption internationale

Elections présidentielles - lettre aux candidats

Elections présidentielles - lettre aux candidats

Médecins du Monde abandonne l’adoption

Médecins du Monde abandonne l’adoption

Les chiffres de l’adoption internationale en 2016

Les chiffres de l’adoption internationale en 2016

RDC Chaîne humaine MAI MAEE

RDC Chaîne humaine MAI MAEE

Les familles entendues sur le projet GIPED - AFA

Les familles entendues sur le projet GIPED - AFA

Accompagnement post adoption

Accompagnement post adoption

AFA - GIPED Le regroupement est ajourné

AFA - GIPED Le regroupement est ajourné

Une réforme de l’Agence Française de l’Adoption dangereuse et inadaptée

Une réforme de l’Agence Française de l’Adoption dangereuse et inadaptée

Rencontre avec Carmen Maria Véga

Rencontre avec Carmen Maria Véga

Réforme AFA-GIPED, revue de presse

Réforme AFA-GIPED, revue de presse

Le profil des enfants adoptés à l'international

Le profil des enfants adoptés à l'international

La Colombie suspend l’adoption internationale pendant 2 ans

ICBFLa Colombie suspend temporairement l'envoi de nouveaux dossiers d'adoption. Il n'y aura plus d'enregistrement de nouveau dossier pour les enfants de moins de sept ans (sauf enfants à besoins spécifiques). Toutefois, les dossiers déjà enregistrés suivent leurs cours.

L'Autorité Centrale de Colombie (ICBF) a convié du 29 au 30 mai 2013 les autorités centrales de 15 pays d'accueil à Medellin. Au terme de la rencontre, elle a annoncé la suspension temporaire de nouveaux dossiers de postulants étrangers pour des enfants de moins de sept ans.

Le 28 juin 2013, la Mission pour l'Adoption Internationale (MAI) a publié un communiqué apportant des précisions sur les modalités de la suspension :

La suspension prend effet le 15 juillet 2013 pour une durée minimale de deux ans, elle concerne également les fratries dont un des enfants a moins de sept ans.


Communiqué relatif à la suspension temporaire par l'ICBF de l'enregistrement des nouvelles candidatures à l'adoption (28.06.2013)

"L'ICBF, autorité centrale colombienne, a pris la décision de suspendre l'enregistrement, à compter du 15 juillet 2013, de toute nouvelle candidature à l'adoption d'enfants de 0 à 6 ans et 11 mois, pour une durée d'au moins deux ans, le temps d'épurer la liste d'attente de familles déjà enregistrées auprès de ses services. Cette suspension concerne également les projets d'adoption de deux enfants dont l'aîné serait âgé de moins de 6 ans et 11 mois.

Les opérateurs accrédités n'accepteront donc aucune nouvelle candidature pour l'adoption d'enfants colombiens de moins de 7 ans, exception faite des candidatures portant sur des enfants présentant des particularités médicales."


Il y a actuellement 377 familles colombiennes et 3506 familles étrangères qui sont en liste d'attente d'un enfant.

Lors de la rencontre de Medellin, la représentante de la Conférence de La Haye a indiqué que la suspension va permettre à l'ICBF de mieux travailler avec les parents biologiques, et de respecter le principe de subsidiarité internationale, prenant en compte que la Colombie a un grand nombre de familles postulantes pour une adoption nationale.

L'ICBF a par ailleurs demandé aux participants d'améliorer les mécanismes de préparation, évaluation et sélection des familles.

Les participants ont remercié la convocation de l'ICBF et reconnu les bonnes pratiques du pays pour l'intérêt de l'enfant.


Liste des Autorités Centrales présentes : Andorre, Belgique, Canada, Colombie, Danemark, Espagne, Etats-Unis, Finlande, France, Pays-Bas, Italie, Norvège, Suisse, ainsi que deux pays observateurs, Chili et Guatemala.


Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Participant à cette conversation

Commentaires (1)

  • Invité (Dangoisse)

    Permalien

    "Mieux travailler avec les parents biologiques", "respecter le principe de subsidiarité"...
    Nous, parents adoptifs, croyons tous au bienfondé de ces principes fondateurs de l'adoption internationale.
    Pourtant, est-on bien certain qu'aujourd'hui le problème se situe à ce niveau ? L'onctuosité diplomatique de ce communiqué ne cache-t-elle pas des motivations moins avouables.
    J'ai le sentiment qu'aujourd'hui le cœur et la tête n'y sont plus. Plus personne, chez les décideurs, n'a le courage d'affirmer qu'il est préférable pour un enfant d'avoir une famille vite que de tergiverser pendant des mois ou des années sur la possibilité éventuelle d'un rattachement plus ou moins viable à une famille biologique défaillante. Face au vide intellectuel et humain, le droit du sang reprend doucement, irrésistiblement, sa place antique.
    Enfin, je tenterai d'expliquer à mes deux enfants qu'aujourd'hui, pour "Mieux travailler avec les parents biologiques" et "respecter le principe de subsidiarité" il est probable qu'ils seraient restés plusieurs années en orphelinat avant d'être, peut-être, un jour, déclarés adoptables... Je suis certains qu'ils comprendront que cela aurait servi leurs intérêts de la meilleure manière qui soit.
    Pagnol faisait dire à César : "Vouatt, les chiens aussi donnent la vie. Le père, Marius, c'est celui qui aime".
    Continuons à aimer nos enfants ; ce sont eux qui, dans 10 ans, dans 20 ans, iront expliquer le sens de la vie aux ronds-de-cuir scrupuleux et sans âme.

Thématiques