Le MASF a perdu une de ses fondatrices

Le MASF a perdu une de ses fondatrices

Les adopté.e.s se réapproprient la narration

Les adopté.e.s se réapproprient la narration

Un angle mort des politiques publiques de la jeunesse

Un angle mort des politiques publiques de la jeunesse

Pour une contribution du MASF aux débats du CCNE

Pour une contribution du MASF aux débats du CCNE

Encore moins, encore mieux !

Encore moins, encore mieux !

Appel à candidature pour le Pérou

Appel à candidature pour le Pérou

Appel à candidature pour Haïti

Appel à candidature pour Haïti

Invitation au CA du 25 novembre 2017

Invitation au CA du 25 novembre 2017

Les candidats à la présidentielle et l’adoption internationale

Les candidats à la présidentielle et l’adoption internationale

Elections présidentielles - lettre aux candidats

Elections présidentielles - lettre aux candidats

Médecins du Monde abandonne l’adoption

Médecins du Monde abandonne l’adoption

Les chiffres de l’adoption internationale en 2016

Les chiffres de l’adoption internationale en 2016

Le MASF a perdu une de ses fondatrices

Jacqueline Cadio2

 

 

 C'est avec une très grande tristesse que nous avons appris la disparition de Jacqueline Cadio, l'une des personnes qui ont donné naissance au MASF en 2001.

 

 

 

 

Après avoir participé à sa fondation, Jacqueline était Vice Présidente de l'AFAENAM (l'Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés A Madagascar), l'une des associations qui se sont regroupées pour fonder le MASF lorsque, déjà, des menaces pesaient sur l'adoption internationale. C'est grâce à cette synergie de plusieurs associations que les spécificités de l'adoption internationale ont été entendues par les autorités, et au-delà, par le grand public.

Nous nous souviendrons de sa grande disponibilité pour le mouvement, de sa capacité à synthétiser un enjeu, à le rapporter à des engagements militants et à des convictions profondes. Nous étions plusieurs à être impressionnés par ses prises de paroles publiques, parfois longues, jamais à côté du sujet et la plupart du temps convaincus que nous n'aurions pas pu mieux dire quand elle avait terminé son intervention,

Sa contribution fut absolument décisive pour ce qui constitue la plus belle manifestation du MASF. Les 28 et 29 novembre 2008, nous avons organisé un congrès à Nantes, qui regroupait à la fois des chercheurs de plusieurs pays européens, des professionnels de l'adoption à différents niveaux de responsabilité et le milieu associatif. Cette rencontre entre ces trois groupes portant des regards différents sur l'adoption était une première dans le paysage français de l'adoption. Et si ce congrès se tint à Nantes, c'est précisément parce que Jacqueline Cadio avait fait le lien entre le MASF, porteur de ce projet, et le conseil général de Loire Atlantique, qui lui apportait tout son soutien logistique. C'est Jacqueline qui organisait les réunions du comité de pilotage, qui tenait le rétro-planning, selon sa propre expression, car elle avait en tête toutes les échéances futures. Nous avons passé plusieurs heures ensemble pour trouver un titre à ce congrès : « l'adoption, un lien pour la vie ». Il en reste un livre, qui regroupe les interventions des chercheurs qui ont pris la parole à cette occasion. Un titre, qui doit beaucoup à Jacqueline et qui reste d'actualité une décennie plus tard.

En 2012, Jacqueline a décidé de laisser sa place au sein du conseil d'administration du MASF. Nous avions maintenu avec elle le lien, en particulier lors de l'élaboration de la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l'enfance, au moment où Jacqueline était attachée parlementaire de Michelle Meunier, sénatrice à l'initiative de cette loi.

L'ensemble des membres du MASF apporte à sa famille et ses proches dans ce douloureux moment son soutien ému et amical.

 

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé