Les candidats à la présidentielle et l’adoption internationale

Les candidats à la présidentielle et l’adoption internationale

Elections présidentielles - lettre aux candidats

Elections présidentielles - lettre aux candidats

Médecins du Monde abandonne l’adoption

Médecins du Monde abandonne l’adoption

Les chiffres de l’adoption internationale en 2016

Les chiffres de l’adoption internationale en 2016

RDC Chaîne humaine MAI MAEE

RDC Chaîne humaine MAI MAEE

Les familles entendues sur le projet GIPED - AFA

Les familles entendues sur le projet GIPED - AFA

Accompagnement post adoption

Accompagnement post adoption

AFA - GIPED Le regroupement est ajourné

AFA - GIPED Le regroupement est ajourné

Une réforme de l’Agence Française de l’Adoption dangereuse et inadaptée

Une réforme de l’Agence Française de l’Adoption dangereuse et inadaptée

Rencontre avec Carmen Maria Véga

Rencontre avec Carmen Maria Véga

Réforme AFA-GIPED, revue de presse

Réforme AFA-GIPED, revue de presse

Le profil des enfants adoptés à l'international

Le profil des enfants adoptés à l'international

Centrafrique : aucune nouvelle procédure d’adoption ne doit être engagée

Centrafrique - Opération Sangaris

L'intervention française « Sangaris » commencée le 5 décembre fait suite à une dégradation, depuis plusieurs mois, de la situation en République Centrafricaine.

La crainte d'une catastrophe humanitaire, relayée par les ONG, a conduit à la décision de la France d'intervenir sous mandat de l'ONU. Dans ce contexte, le récent communiqué de la MAI (1) paraît insuffisant.


Le MASF déconseille très vivement aux familles françaises d'initier une procédure d'adoption dans ce pays, que ce soit en démarche individuelle ou par un organisme autorisé pour l'adoption, le temps que la situation sur place soit apaisée et que les administrations locales soient en mesure de fonctionner normalement.

Ainsi que nous l'avons maintes fois exprimé, nous réaffirmons que le mélange entre adoption et humanitaire n'est jamais une solution à envisager, notamment en ce qui concerne les vérifications essentielles de l'adoptabilité réelle des enfants. Il est malheureusement fréquent, dans les situations de conflit ou d'urgence humanitaire, de voir des tentatives d'adoption engagées au mépris des règles les plus élémentaires du droit international de l'enfant. Sur ce point, il est important de rappeler les principes édictés par l'article 21 de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (2).

(1) Communiqué de la MAI (05-12-2013) relatif aux conditions de sécurité en République centrafricaine

En raison des conditions tenant à la sécurité, particulièrement dégradées en République centrafricaine (y compris dans la capitale), les candidats à l'adoption sont invités à consulter les "Conseils aux voyageurs" sur le site du Ministère des Affaires étrangères, avant tout déplacement dans le pays.


(2) Article 21 de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant

« Les Etats parties qui admettent et/ou autorisent l'adoption s'assurent que l'intérêt supérieur de l'enfant est la considération primordiale en la matière, et veillent à ce que l'adoption d'un enfant ne soit autorisée que par les autorités compétentes, qui vérifient, conformément à la loi et aux procédures applicables et sur la base de tous les renseignements fiables relatifs au cas considéré, que l'adoption peut avoir lieu eu égard à la situation de l'enfant par rapport à ses père et mère, parents et représentants légaux et que, le cas échéant, les personnes intéressées ont donné leur consentement à l'adoption en connaissance de cause, après s'être entourées des avis nécessaires. »



Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé