Erreur
  • Échec du chargement des données du flux
RDC : Chaîne humaine entre la MAI et le MAEE

RDC : Chaîne humaine entre la MAI et le MAEE

Les familles entendues sur le projet GIPED AFA

Les familles entendues sur le projet GIPED AFA

Accompagnement post-adoption

Accompagnement post-adoption

AFA-GIPED le regroupement est ajourné

AFA-GIPED le regroupement est ajourné

Une réforme de l’Agence Française de l’Adoption dangereuse et inadaptée

Une réforme de l’Agence Française de l’Adoption dangereuse et inadaptée

Rencontre avec Carmen Maria Véga

Rencontre avec Carmen Maria Véga

Réforme AFA-GIPED, revue de presse

Réforme AFA-GIPED, revue de presse

Le profil des enfants adoptés à l'international

Le profil des enfants adoptés à l'international

Réforme AFA-GIPED, première tentative rejetée

Réforme AFA-GIPED, première tentative rejetée

4ème fête des enfants adoptés en Haïti

4ème fête des enfants adoptés en Haïti

AFA-GIPED Lettre ouverte au président de la république

AFA-GIPED Lettre ouverte au président de la république

Échecs de l'adoption, réussite de la presse

Échecs de l'adoption, réussite de la presse

Le service de l'adoption internationale vient de publier dans son Zoom Europe un commentaire sur la convention de La Haye. En page 4, il y est écrit :

Les principes fondateurs de la Convention de La Haye : primauté de l’intérêt supérieur de l’enfant, respect du principe de subsidiarité de l’adoption internationale par rapport à l’adoption nationale, passage obligé par un opérateur agréé, prohibition des profits indus afin d’éviter et de prévenir l’enlèvement, la vente ou la traite d’enfants, mis en oeuvre dans ces pays permettent d’offrir des garanties optimales aux procédures d’adoption internationale.

Revenons sur un point, le passage obligé par un opérateur agréé. Ceci s'appuie sur l'article 22-1 de cette convention qui indique, dans sa version officielle:

Article 22

1 Les fonctions conférées à l'Autorité centralepar le présent chapitre peuvent être exercées par des autorités publiques oupar des organismes agréés conformément au chapitre III, dans la mesure prévuepar la loi de son Etat.

Remarque 1. Il est intéressant et sans doute non dénué d'intentions idéologiques, de noter cette transposition d'une possibilité (le verbe pouvoir à la troisième personne du pluriel du présent de l'indicatif) en une obligation.

Remarque 2. Il est aussi amusant de noter que nulle mention n'est faite de l'article 22.2 qui indique que des organismes non agréés peuvent aussi exercer. Ceci est analysé dans plusieurs thèses universitaires, notamment celles de Lucile Lambert-Garrel (l'adoption, une institution à la recherche d'un équilibre, 2001, Presses Universitaires d'Aix) ou de Brigitte Trillat (Adopition, essai sur les institutions, Presses Universitaires de Lyon, 1995), ainsi que dans les commentaires du rapport explicatif sur la convention, de Parra-Aranguren, 1993.

On peut donc être surpris qu'un service de l'Etat ne soit pas en mesure de présenter correctement ce qui figure dans une convention internationale à laquelle la France a souscrit.

Zoom Europe 

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé

Actualités de la MAI

Twitt @doption

by acls us