RDC : Chaîne humaine entre la MAI et le MAEE

RDC : Chaîne humaine entre la MAI et le MAEE

Les familles entendues sur le projet GIPED AFA

Les familles entendues sur le projet GIPED AFA

Accompagnement post-adoption

Accompagnement post-adoption

AFA-GIPED le regroupement est ajourné

AFA-GIPED le regroupement est ajourné

Une réforme de l’Agence Française de l’Adoption dangereuse et inadaptée

Une réforme de l’Agence Française de l’Adoption dangereuse et inadaptée

Rencontre avec Carmen Maria Véga

Rencontre avec Carmen Maria Véga

Réforme AFA-GIPED, revue de presse

Réforme AFA-GIPED, revue de presse

Le profil des enfants adoptés à l'international

Le profil des enfants adoptés à l'international

Réforme AFA-GIPED, première tentative rejetée

Réforme AFA-GIPED, première tentative rejetée

4ème fête des enfants adoptés en Haïti

4ème fête des enfants adoptés en Haïti

AFA-GIPED Lettre ouverte au président de la république

AFA-GIPED Lettre ouverte au président de la république

Échecs de l'adoption, réussite de la presse

Échecs de l'adoption, réussite de la presse

4ème conférence internationale sur l’adoption

ICAR4-BILBAODu 7 au 11 juillet 2013, Bilbao devient la capitale mondiale de l'adoption internationale. C'est en effet en Espagne que se déroule la 4ème conférence sur la recherche en matière d'adoption internationale, ICAR4.

 

Elle accueille des chercheurs et des professionnels de l'enfance et de l'adoption qui ont l'occasion d'exposer leurs travaux et de confronter leurs connaissances et leurs pratiques.

Parmi les très nombreuses personnalités de renommée mondiale en matière d'adoption, nous soulignons les intervenants et thèmes suivant :

- Laurie Miller, USA : perspectives pédiatriques sur les adolescents adoptés.

- Susan Golombok et Michael Lamb, Royaume-Uni : familles adoptives gays et lesbiennes : rôle parental, développement de l'enfant et expériences quotidiennes.

- Alan Rushton, Royaume-Uni : premiers soins en orphelinat et adoption : une vie d'expérience et de résultats pour 100 femmes adoptées à Hong-Kong dans les années 60.

- Wendy Tieman, Pays-Bas : la recherche de leurs origines par des adoptés à l'âge adulte.

- Dana Johnson et Jesus Palacios, USA et Espagne : croissance et développement des enfants adoptés à l'international.

- Jesus Palacios et Femmie Juffer, Espagne et Pays-Bas : représentations mentales de l'attachement.

- David Brodzinsky et Debbie Riley, USA : amélioration des compétences en matière d'adoption pour les professionnels en santé mentale.


Le MASF est le seul représentant français à intervenir à ICAR 4. Vous trouverez ci-dessous une synthèse de nos réflexions sur la situation de l'adoption internationale que M. Jacques Chomilier développera au nom du MASF.

"Le contexte de l'adoption internationale en France est relativement unique parmi les pays d'accueil, puisqu'il repose sur un système double, résultant de la loi du 4 juillet 2005. Une voie est publique, ce qui signifie que tous les adoptants peuvent y recourir, pourvu qu'ils soient autorisés par l'Autorité Centrale ; la seule limitation réside dans les exigences des pays d'origine. La deuxième voie est celle des organismes privés et autorisés pour l'adoption (OAA) qui peuvent appliquer leurs propres critères de sélection des candidats. En 2005, la création de l'agence française de l'adoption (AFA) avait fait naître une espérance dans une augmentation du nombre d'adoptions pour les familles résidant en France. En réalité, ni l'opérateur public (AFA) ni les organismes privés (OAA) n'ont réussi à maintenir le nombre de visas émis pour des enfants adoptés dans des pays étrangers et une chute rapide de l'adoption internationale s'est produite.

Un marché s'est récemment développé dans le domaine de l'adoption, avec des sociétés commerciales offrant leur assistance à des parents désespérés faisant face à la diminution rapide des possibilités d'adopter à l'international. Entre-temps, le nombre d'articles critiques dans les médias a considérablement augmenté, révélant les supposés échecs de l'adoption avec des enfants qui seraient à nouveau abandonnés. De plus, a progressé dans l'imaginaire collectif l'idéologie reposant d'une part sur l'idée que les enfants seraient déracinés par leur adoption, d'autre part sur la présupposée suprématie des liens du sang.

C'est ainsi que l'adoption plénière, créant une rupture des liens juridiques avec la famille d'origine a été soupçonnée de réduire voire d'empêcher la capacité pour les adoptés d'avoir une certaine connaissance de leurs origines. Autrement dit, une hiérarchie est apparue, avec les liens du sang en première position et l'adoption comme une seconde chance. Une nouvelle loi vient de rendre possible le mariage pour des mêmes couples de même sexe, et elle révèle en réalité ce système hiérarchique. Enfin soulignons que le domaine de l'adoption est aujourd'hui placé au ministère de la famille sous le titre "Familles vulnérables", ce qui est un révélateur symbolique intéressant.

Finalement, plusieurs centaines des familles françaises qui ont adopté à Haïti sont confrontées à un refus des tribunaux de les faire bénéficier des effets de l'Article 27 de la Convention de la Haye sur l'Adoption Internationale, ainsi que de la loi française, permettant une conversion en adoption plénière."


Accéder au site internet de ICAR4

Télécharger le programme des conférences


Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé