Invitation du MASF à sa réunion du 9 février 2019

Invitation du MASF à sa réunion du 9 février 2019

Nouvelle tentative du gouvernement de fusionner l'AFA et le GIPED

Nouvelle tentative du gouvernement de fusionner l'AFA et le GIPED

Le MASF a perdu une de ses fondatrices

Le MASF a perdu une de ses fondatrices

Les adopté.e.s se réapproprient la narration

Les adopté.e.s se réapproprient la narration

Un angle mort des politiques publiques de la jeunesse

Un angle mort des politiques publiques de la jeunesse

Pour une contribution du MASF aux débats du CCNE

Pour une contribution du MASF aux débats du CCNE

Encore moins, encore mieux !

Encore moins, encore mieux !

Appel à candidature pour le Pérou

Appel à candidature pour le Pérou

Appel à candidature pour Haïti

Appel à candidature pour Haïti

Invitation au CA du 25 novembre 2017

Invitation au CA du 25 novembre 2017

Les candidats à la présidentielle et l’adoption internationale

Les candidats à la présidentielle et l’adoption internationale

Elections présidentielles - lettre aux candidats

Elections présidentielles - lettre aux candidats

Nouvelle tentative du gouvernement de fusionner l'AFA et le GIPED

Logo MASF

Nouvelle tentative (finalement avortée) du Gouvernement de fusionner l'AFA et le GIPED par Ordonnance - le MASF prend position.

 

 

La fusion entre les groupements d'intérêt public Agence Française de l'Adoption (AFA) et Enfance en Danger (GIPED) est revenue dans l'actualité récemment. Profitant de la proposition de loi sur les violences éducatives ordinaires, le gouvernement a déposé un amendement visant à autoriser cette fusion. Ce projet n'a pas été annoncé lors de la réunion de la commission adoption du Conseil National de la Protection de l'Enfance qui s'est tenue le 19 novembre 2018, malgré notre demande de mise à l'ordre du jour.

Le 22 novembre, la Direction Générale de la Cohésion Sociale nous informait qu'une réunion interministérielle avait décidé de profiter de cette proposition de loi pour mettre en oeuvre la fusion. Le MASF a immédiatement réagi en faisant part de ses inquiétudes au Premier Ministre (texte joint). Lors des débats à l'Assemblée Nationale le 29 novembre, plusieurs députés se sont étonnés de ce "cavalier législatif" qui aurait fait perdre la cohérence à la proposition de loi sur les violences éducatives ordinaires.

La ministre de la santé a préféré retirer cet amendement gouvernemental.

ici : Le MASF écrit à M. Le premier ministre

 

 

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé

Thématiques